Les nouvelles qui parviennent d’Haiti sont inquiétantes.

La violence qui sévit à Cité Soleil s’est encore aggravée ces derniers jours. Les armes automatiques crépitent à longueur de journée suite aux affrontements entre des gangs lourdement armés. Les habitants de Cité Soleil sont terrés chez eux sans pouvoir se ravitailler en eau et nourriture. De nombreuses habitations ont été incendiées, plusieurs personnes ont été tuées par des balles perdues.

La situation est devenue intenable, obligeant la Famille Kizito à évacuer au moins 650 enfants en deux jours vers des quartiers plus calmes de Port-au-Prince. Ils ont été accueillis par plusieurs congrégations religieuses, qui ont pris en charge au pied levé des dizaines et dizaines enfants et jeunes.

Ces enfants, âgés de 6 à 14 ans, sont partis précipitamment sans rien pouvoir emporter. Les congrégations qui ont eu la bonté de les accueillir ont besoin d’aide pour les nourrir et leur fournir le nécessaire : vêtements, sandales, articles de toilette, etc.

La Famille Kizito se mobilise pour leur venir en aide.

VOUS POUVEZ ICI PAR VOS DONS  contribuer à soutenir ces enfants en détresse.

22 juillet 2022

Les nouvelles s’espacent , tellement l’urgence est de s’occuper des enfants.

A ce jour il y a 700 enfants réfugiés. La directrice a fait sortir les enfants par petit groupes. Ils sont tous arrivés chez Sœur Paësie qui a demandé de l’aide à diverses congrégations. Plusieurs écoles ont ouvert leurs portes : Les frères de l’Instruction Chrétienne, les Missionnaires de la Charité à Delmas, les frères de Saint Paul de Chartres, la fondation St Luc du père Rock Frechette.
Les enfants ont été répartis dans les salles de classe. C’est compliqué parce qu’il y a beaucoup de tout petits, des bébés. Les élèves ont amenés leurs plus jeunes frères et sœurs, parfois même sans prévenir les mères, d’où un grand nombre de tout petits dont il faut s’occuper. Les 2 postulantes dorment dans l’école des frères de l’Instruction Chrétienne pour s’occuper des enfants.
Les enfants sont partis avec rien. Il fallait donc trouver de l’eau et de la nourriture, des vêtements et des sandales, des savons, articles de toilette…
Les frères de l’Instruction Chrétienne ont immédiatement communiqué sur les réseaux sociaux. Il y a un afflux de dons.
Ça a fait du bruit aussi en Haïti. Les ONG ont réagi. Le PAM fournit des repas chauds.
Le problème est comment faire partir les enfants parce qu’on ne peut pas les laisser là.
Les médias sont venus aussi : il y a des journalistes, la télévision américaine WNTV diffuse une interview de Sœur Paësie. Demain l’équivalent espagnol de l’AFP va venir aussi. C’est une bonne chose car ça attire l’attention.
Les gangs incendient les maisons parce qu’il ne peuvent pas pénétrer dans le quartier. Dans le quartier il n’y a plus que l’école Saint Michel qui est debout (seul bâtiment en dur), ainsi que l’école Saint Patrick (de la fondation du père Frechette).
Actuellement il y a une trêve de 2 ou 3 jours, Sœur Paësie suppose que les ONG ont payé les gangs pour pouvoir intervenir.

31 juillet 2022

Les nouvelles s’espacent , tellement l’urgence est de s’occuper des enfants.

Le 27 juillet, la cathédrale de Port au Prince brûle. Et Marie, comme à Notre Dame de Paris, reste debout, pour protéger ses enfants. https://www.haitilibre.com/article-37259-haiti-flash-la-cathedrale-transitoire-de-port-au-prince-attaquee-vandalisee-et-partiellement-incendiee.html

La Conférence Episcopale d’Haiti, dans une lettre du 29 juillet, réagit à la situation de violence qui sévit à Port au Prince , s’indigne du manque de réaction des politiques et demande instamment aux hommes et aux femmes de s’unir dans la prière. Retrouvez ICI ce message des Evêques.

fr Français
X